Tester des médicaments contre rémunération

Tester des médicaments contre rémunération

Quels sont les critères pour tester les médicaments ? Combien est on payé ?

Selon la nature du nouveau médicament, les laboratoires recherchent des profils de testeurs différents. Le médicament doit généralement être testé sur un large panel afin de contrer d’éventuelles contre indication. Dans la majorité des cas, les personnes souffrant d’hypertension ou fumant trop de cigarettes sont écartées de ce genre de programme.

La France compterait dans ses rangs pas moins de 10.000 testeurs de médicaments qui participe au moins une fois par an à une étude de recherche biomédicale en tant que volontaires sain ! Effectivement, le jeu peut en valoir la chandelle pour qui n’a pas peur des blouses blanches car en 15 ans de travaux, on ne compte que 3 cas de problèmes pour les autres, c’est le Jackpot assuré … car les testeurs peuvent gagner 150€/jour si le test nécessite une hospitalisation. Entendons par hospitalisation, repas et télévision gratuits afin de faciliter les prises de sang de vérification.

Certains labos n’hésitent pas à vous rémunérer + de 3.000 € pour tester un médicament sur 1 mois … A Paris des communautés se sont formées afin de s’échanger des bons conseils sur les laboratoires Biomédical qui n’hésitent pas à mettre la main au porte-monnaie !

Certains étudiants préfèrent donc tester des médicaments plutôt que d’aller bosser chez Mc Do lors de la saison estivale ou le week-end.
Et lorsque l’on sait que les sommes encaissées ne sont pas imposables et peuvent être cumulées avec le chômage ou même le RMI, on comprend mieux l’engouement de certains.

Avec de telles rémunérations, on comprend de suite beaucoup mieux l’engouement nouveau autour du test de médicaments rémunérés. Des petits malins ont même pensé à en faire leur profession !

Le gouvernement a tranché et en a décidé autrement en faisant passer une loi stipulant les sommes maximum qu’un individu pouvait percevoir chaque année pour avoir tester un médicament. La loi de Huriet de 1998 encadre l’application des protocoles du test de médicament. De plus, les laboratoires pratiquant ce genre d’expérimentations médicales sont soumis à la bienveillance de l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) et d’un comité de protection des personnes.

test rémunéré

Si vous souhaitez faire progresser la recherche médicale en testant des médicaments ou tout simplement vous renseigner davantage sur la pratique, approchez de Aster qui propose sur son site Internet de connaître les indemnisations que vous percevrez ou alors épluchez les petites annonces locales !


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *